CINÉ-RENCONTRE “LITTLE GIRL BLUE”

BILLETTERIE

“Quand le cinéma devient un espace de réinvention de sa propre histoire personnelle, il existe des joyaux comme Little Girl Blue. Mona Achache réalise une très grande œuvre portée par une Marion Cotillard absolument magnifique”.
à Voir à Lire.com

“La réalisatrice Mona Achache convoque Marion Cotillard pour ressusciter sa mère à l’écran et comprendre les raisons de son suicide. Drôle et passionnant objet cinématographique, son film fait écho aux voix de toutes les femmes abusées”.
La Croix

“Dans un splendide objet de cinéma non identifié, Mona Achache convoque sa mère suicidée, ses traumas d’enfance et le milieu intellectuel des années 1960-1970”. -Télérama

“On sort de là épaté et bouleversé par cette œuvre qui ne ressemble à aucune autre”.
Paris Match

“Un film aussi fort qu’inclassable qui permet à Marion Cotillard, époustouflante, d’explorer tous les registres du sensible”.
Marie Claire

a
MERCREDI 13 DÉCEMBRE 20h30

À l’issue de la séance, échanges avec Pierre Charpilloz, journaliste, enseignant et critique de cinéma pour Arte, qui pourra vous donner des éléments de contexte et mettre l’œuvre en perspective.

À la mort de sa mère, Mona Achache, la réalisatrice du film, découvre des milliers de photos, de lettres et d’enregistrements, mais ces secrets enfouis résistent à l’énigme de sa disparition. Alors, par la puissance du cinéma et la grâce de l’incarnation, elle décide de la ressusciter pour rejouer sa vie et la comprendre.
Pour ce faire, la cinéaste invite une actrice, Marion Cotillard, à revêtir les traits, les vêtements, les attributs et les postures de sa mère, afin de percer le mystère de sa disparition dramatique.

On n’aura pas vu une telle originalité depuis très longtemps sur les écrans. Le projet est très proche des écrivains que le long-métrage cite, à commencer la mère et la grand-mère de Mona, mais aussi Marguerite Duras, Jean Genet ou Violette Leduc, qui ont littéralement inventé l’auto-fiction. Le film est très inspiré. Le parcours littéraire et cinématographique de Carole Achache, mère de la réalisatrice, et de Monique Lange, la grand-mère, habite ce récit autobiographique où l’art tente de faire la synthèse des drames conscients ou inconscients qui hantent les générations, sans qu’elles prennent toujours en considération leur impact sur l’état psychique des familles.
Little Girl Blue offre à Marion Cotillard un écrin merveilleux pour exprimer son talent. La prestation de l’actrice dépasse tout ce qu’on a déjà vu au cinéma au point que les traits du visage de Cotillard se fondent totalement dans cet être lunaire.

Ce film est une expérience de cinéma inédite et subjuguante, au service du talent incontestable de Marion Cotillard, de la mère et de la grand-mère de la réalisatrice.

a
Soirée organisée avec le soutien de